musique

[Musique] TAME IMPALA, « CURRENTS »

currents-gatefold-outside_800

Depuis quelques mois, l’effervescence autour de Tame Impala semble s’être transformée en une véritable dévotion, en tout cas dans mon cercle de connaissances (ça doit donc être la vérité vraie). Chaque nouvel article qui paraît, que ce soit dans Under The Radar ou Rolling Stone Australie est accueilli comme un nouveau verset de la Bible et le décompte des jours qui nous séparent de leur prestation à Rock en Seine se fait dans la plus grande ferveur. Comme quelque chose dans l’air annonçant l’avènement d’une nouvelle ère. La tête de Kevin Parker, l’homme au cœur de la machine, commence à apparaître un peu partout, comme pour s’imposer progressivement dans nos esprits. La révolution est proche.

En mars dernier, à la sortie de leur nouveau single « Let It Happen », folie électronique à tiroirs de 8 minutes, on avait vite compris que tous les indicateurs étaient au changement pour la formation australienne et surtout que les espoirs les plus fous étaient permis pour le successeur des déjà cultesInnerspeaker (Modular, 2010) et Lonerism (Modular, 2012). Aujourd’hui, le doute n’est plus permis. Le groupe le clame haut et fort avec ce nouvel opus : le changement, c’est maintenant. Au premier abord,Currents fait ainsi figure de déclaration d’intention, avec ses titres qui parlent d’eux-mêmes : le Kevin Parker est un homme nouveau (« Yes I’m Changing »), qui laisse le passé derrière lui (« Past Life »,) sans pour autant nous garantir qu’il ne reproduira plus les mêmes erreurs qu’auparavant (« New Person, Same Old Mistakes »). Currents est un album de la mutation, mais une mutation dans la douceur et non dans la rupture totale. Au final, tout était déjà dans le titre initial « Let It Happen » : il faut juste laisser faire les choses, et voir ce qui va ressortir de tout cela.
Pour exprimer ce bouleversement intérieur, Kevin Parker avait besoin d’un son nouveau. Pas de retournement brutal, mais quand même un choc : les guitares ont été remplacées par des claviers. Si les basses groovy sont toujours là, les solos héroïques distordus à l’infini ont laissé place à des synthés aériens respirant la joie de vivre, créant ainsi une toute nouvelle texture à l’album, sans pour autant perdre l’ADN des Australiens. Plus pop, plus romantique, moins rock, moins virile, mais toujours aussi planante. Tame Impala a effectué une véritable mue, s’est allégé de sa lourde peau de guitaristes psychédéliques et s’envole désormais vers d’autres contrées pop, peuplées de tubes flottant entre nostalgie, remise en question et bonheur pur. « The Moment » et ses rythmiques bondissantes, « The Less I Know The Better » et sa guitare funky, « Disciples » et ses ambitions surf pop, sans oublier le lancinant « Yes I’m Changing », mantra officiel du Tame Impala version 2015: les Australiens n’hésitent plus à s’aventurer (très) loin de chez eux. Mais c’est surtout dans les voix que le groupe se réinvente : elles résonnent dans nos têtes sur le très hybride « Past Life », implorent et aguichent sur le sensuel « Cause I’m a Man », vraie déclaration d’amour et faux aveu de faiblesse, et se répondent enfin sur l’obsédant « New Person, Same Old Mistakes », véritable chef d’œuvre qui clôt avec sa boucle infernale ce fascinant Currents.

Tame Impala réussit donc le pari d’un album concept autour du changement, sans se laisser déborder par son sujet. Avec une cohérence folle et surtout un pouvoir addictif incomparable, il nous livre un objet enivrant aux mélodies onctueuses dans lesquelles il fait bon de s’abandonner. Bientôt, le groupe régnera sur le monde et seuls les adorateurs de la première heure en sortiront indemnes, car ils auront été préparés à cette prise de pouvoir sur le royaume de la pop.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s