musique

[Musique] YEARS & YEARS, « COMMUNION »

Years-Years-Communion-2015-1400x1400-Final

Elu « Sound of 2015 » par la très vénérable BBC, le groupe londonien Years & Years égrène depuis début 2014 des singles enchanteurs, mais dont on se demandait parfois s’ils ne frôlaient pas le mauvais goût. « Take Shelter » était-il une pépite électro-pop sortant enfin de l’ordinaire, ou une grossière copie indie des hits ragga-dancehall de l’été ?

Le joli minois d’Olly Alexander, mignon leader aux revendications gays, nous avait vaguement rassurés, notamment après son apparition dans le film du chanteur de Belle & Sebastien God Help the Girl (Stuart Murdoch, 2014), fantaisie folk un peu naïve mais définitivement indé et assurément de bon goût. Les autres titres dévoilés par la suite avaient oscillé entre plaisirs dansants (« Real », « Desire » : imparables) et ambitions mainstream moins avouables (« King »). Le passage au long format allait donc être décisif pour le trio anglais. Force est de reconnaître que Communion est l’un de ces vrais albums de pop qui s’assume en tant que tel, qui n’a pas peur de nous faire danser sur des synthés 80’s euphorisants et ose nous rendre heureux, tout simplement. Ainsi, comment résister à « Worship », tube groovy et amoureux, digne descendant des meilleurs Justin Timberlake? Pourquoi refuser les ondes de bien-être diffusées par le sensuel et irrésistible « Ties » ? Même quand ils virent dancefloor, à la limite de l’eurodance (« Gold »), Years & Years sait comment nous faire plaisir et nous livre au final un album aux vertus thérapeutiques, qui a 100% de chance de vous remettre sur pied si vous avez le moral dans les chaussettes (bon, seulement 95% si vous êtes vraiment au fond du trou, mais quand même). Sur la version deluxe, vous pourrez même découvrir quelques douceurs acoustiques telles que « Ready For You », qui feront ressortir la fleur bleue qui est en vous (ah oui, absolument tout l’album parle d’amour, bien sûr).

Alors oui, certains titres sont un peu faciles (le sympathique « Shine »), voire faiblards (le douteux « Border »). Mais quelle importance, si leur musique nous rend heureux? Communion est un peu comme un crush de l’été : éphémère, mais dont on aurait tort de se priver.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s