séries

[Séries] TOP 5 SÉRIES 2015

Si « Quantico » et « Supergirl » nous ont divertis lors de nos lundis soirs solitaires, quelles sont les vraies bonnes nouvelles séries télévisées qui ont vu le jour en 2015 ? Voici 5 d’entre elles pour occuper astucieusement vos longues soirées d’hiver.

1- « iZombie » de Rob Thomas

Sorte de « Veronica Mars » version zombie, « iZombie » partage avec sa cousine le même créateur (il n’y a pas de hasard), le même sens de la répartie acérée et des héros attachants en constante évolution. Et surtout une héroïne (toujours blonde) gentiment badass, qui décide d’être seule maître de son destin (et ça, ça fait plaisir). Une « feel good » série maligne et inventive qui mélange parfaitement les genres (rom-com, zombies, enquêtes policières) pour nous emmener là où on ne s’y attend pas, sans jamais faillir à son rôle premier, celui de doudou télévisuel.

2- « UnReal » de Marti Noxon et Sarah Gertrude Shapiro

Avec son pitch parfait (les coulisses d’une émission type « Bachelor »), « UnReal » est incontestablement la nouvelle série la plus addictive de l’année, en témoigne la seule demi-journée qu’il m’a fallu pour avaler les dix épisodes de la première saison. D’un cynisme retors et d’un glamour manipulateur, « UnReal » joue sur les codes de la télé-réalité pour nous rendre accro, tout en en dénonçant les excès avec virulence. Elle réussit ainsi à nous faire tomber amoureux de personnages pour la plupart détestables et à nous amadouer avec ce plaisir à la fois coupable et cruel.

3- « Master of None » d’Aziz Ansari

On aimait déjà Aziz Ansari dans « Parks & Recreation » dans le rôle de l’improbable et exubérant Tom Haverford. On adore le nouvel Aziz Ansari, dans le rôle de lui-même (ou presque), dans sa nouvelle création pour Netflix. Fils spirituel de Louis C.K., qu’on aurait débarrassé de tout cynisme, il nous parle de son quotidien new-yorkais en tant qu’acteur, fils d’immigré, petit ami, homme célibataire, ami… Un épisode, un thème. Et à chaque fois, le spectateur de se reconnaître dans ces petites interrogations de la vie courante, parfois drôles, parfois amères, mais toujours subtiles et tendres.

4- « Mozart in the Jungle » de Jason Schwartzman et Roman Copolla

L’intégralité de la saison 1 de « Mozart in the Jungle » ayant été mise en ligne le 24 décembre 2014, son visionnage avant la fin de la même année était bien sûr inenvisageable. Il est donc normal de la retrouver dans ce Top 2015, tant son humour et son énergie ont retourné ces dix épisodes bien trop courts. Gael Garcia Bernal est adorablement agaçant dans le rôle du nouveau chef d’orchestre excentrique et indomptable du New York Symphony Orchestra et sa touchante partition en duo avec la jeune Lola Kirke et un plaisir pour les yeux et les oreilles. Une véritable déclaration d’amour à la musique et à la liberté.

5- « Mr Robot » de Sam Esmail

Comment un show aussi froid et austère que « Mr Robot » a-t-il pu devenir le plus grand phénomène d’addiction sérielle de 2015 ? Un nom : Rami Malek. Avec ses grands yeux inquiets et son débit lénifiant, il nous livre la prestation neurasthénique de l’année et génère ainsi une fascination aussi sensuelle que son personnage est détaché de toute relation humaine. Au-delà de ce coup de foudre, la série est bien sûr une démonstration de force scénique, toujours dans le doute entre réalité et fiction, et nous montre de manière clinique que les nouvelles technologues nous font courir à notre perte. Du contact, du vrai, vite.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s