cinéma

[Cinéma] TOP 10 FILMS 2015

Même si les coups de cœur n’ont pas été aussi nombreux qu’en 2014, cette année cinématographique n’a pas manqué de panache. La preuve par 10.

1-     Marguerite & Julien, de Valérie Donzelli

Au milieu de cette année cinématographique marquée par le romantisme, Valérie Donzelli remporte la palme de la plus belle histoire d’amour, celle impossible entre un frère et sa sœur au début du 17siècle. Ou bien était-ce à une autre époque ? L’amour fou est le seul repère dans ce conte sensoriel et entier. Un film qui ne triche pas et emporte tout sur son passage. Inutile de de préciser que le couple Anaïs Demoustier – Jérémie Elkaïm fait des étincelles.

2-     Birdman, de Alejandro Gonzàlez Inàrritu

Oubliez Victoria, le vrai plan-séquence de l’année, on le doit à la masterpiece d’Inàrritu, rêverie ou cauchemar sans fin d’un acteur sur le retour montant sa première pièce à Broadway. Un chemin de croix au terme duquel l’oiseau prendra peut-être son envol. Toutes les questions existentielles de notre époque passent à la casserole du Mexicain, qui offre par la même une renaissance parfaitement mise en abîme à Michael Keaton, impérial. Un chef d’œuvre résolument moderne.

3-     Discount, de Louis-Julien Petit

Chaque année nous apporte sa comédie sociale qui redonne le sourire et du cœur à l’ouvrage. En 2015, ce fut Pride, en 2015 c’est le franchouillard Discount, sur des caissiers de supermarché qui tentent de s’en sortir alors que leur emploi est menacé. Le film n’a rien à envier à ses cousins britanniques, coutumiers du genre, et nous ravit par son humour mordant, ses convictions féroces et son humanité à toute épreuve. On aime ce cinéma qui a des valeurs.

4-     Mémoires de Jeunesse, de James Kent

Le romantisme avec un grand « R ». Après le conte, voici le drame historique (tiré d’une histoire vraie). En pleine première guerre mondiale, la jeune Vera Brittain voit partir au front tous les hommes qu’elle aime. D’amoureuse, elle deviendra pacifiste. Alicia Vikander (la Danoise qui monte) et Kit Harington (Jon Snow himself) sont sublimes dans ce mélodrame d’une beauté à couper le souffre et d’une subtilité rare. Plusieurs fois, de battre notre cœur s’est arrêté.

5-     Seul sur Mars, de Ridley Scott

Un « feel good movie » dans l’espace, c’est possible ? La réponse est oui. Avec un humour insoupçonné mais délectable, Seul sur Mars nous emmène loin dans l’espace tout en gardant les pieds sur Terre. Une ambiance « cocooning » confortée par une galerie de personnages tellement riches et attachants qu’on pourrait en faire une série TV. Mais bien sûr, rien de tout cela ne serait possible sans notre Matt Damon adoré, l’homme de la situation en toute circonstance.

6-     Kingsman : Services Secrets, de Matthew Vaughn

Matthew Vaughn fait exploser les codes du film d’espionnage dans ce délire pop qui voit s’encanailler le gentleman Colin Firth (enfin dans un film d’action) avec le street kid Taron
Egerton, révolution populo avec son charme buté de petite frappe. Excentrique, indomptable et follement novateur, le film déroule sa folie furieuse avec un humour tout british, sans se soucier des conséquences. Une —bonne année pour les agents secrets.

7-     Citizenfour, de Laura Poitras

Outre les drames romantiques, l’année 2015 a aussi gâtée en documentaires de qualité, le premier étant celui sur Edward Snowden. Entre le héros des temps modernes et le martyr incompréhensible d’une société visiblement sous haute surveillance, l’Américain se présente comme le parfait personnage de fiction d’un thriller politique dont on ne connaîtrait pas encore la fin. Un film passionnant, presque éducatif, si son suspense n’était pas aussi insoutenable.

8-     Amy, d’Asif Kapadia

Dans un registre différent, l’autre grand documentaire de l’année était celui sur la chanteuse disparue trop tôt, Amy Winehouse. A l’image de son sujet, un film à fleur de peau qui ne dévoile que progressivement sa beauté brute. Tout en nous faisant redécouvrir l’incroyable répertoire de la Londonienne, Asif Kapadia nous interroge subtilement sur le rôle des médias de l’entourage dans le destin d’une vie. Une flèche en plein cœur.

9-     Mustang, de Deniz Gamze Ergüven

Souvent présenté comme une version turque de Virgin Suicides, Mustang s’en distingue largement par une énergie débordante et un mouvement perpétuel, qui s’opposent à la contemplation de Sofia Copolla. Les cinq sœurs partagent ici une rage de vivre incontrôlable et sont prêtes (vraiment) à tout pour reconquérir leur liberté. Un drame solaire qui nous pousse à ne jamais renoncer. Un film féministe, bien sûr.

10-  Les Bêtises, de Rose et Alice Philippon

Et c’est le doublé (mérité) pour Jérémie Elkaïm avec cette comédie fraîche comme un concombre et légère comme du persil, qui a illuminé notre année ciné. Un petit film discret, peut-être pas parfait, mais d’une tendresse et d’une originalité qui auront su balayer tous nos doutes. Et avec, au sommet de ces retrouvailles familiales qui tournent au vinaigre, un numéro musical inoubliable. Et on aime ça, nous, la musique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s