séries

[Série] « STRANGER THINGS » de Matt et Ross Duffer

netflix-stranger-things-poster

C’est LA série de l’été. Celle que personne n’avait vu venir et qui est pourtant sur toutes les lèvres. Stranger Things, la petite série discrète de Netflix qui voulait juste rendre hommage aux films fantastiques des 80s, a commis le hold up de l’année et c’est mérité. Car derrière cette avalanche de références à E.T, Les Goonies et Stand By Me, la création des frères Duffer est bien plus qu’un simple remake de Super 8.

Hawkins, une petite ville de l’Indiana dans les années 80 : un garçon disparait, emporté par une force mystérieuse. Alors que ses amis partent à sa recherche, ils tombent sur une jeune fille semblant venir de nulle part et qu’ils vont prendre sous leur aile. Un pitch simple, mais efficace dès le premier épisode qui fait clairement froid dans le dos, en réveillant avec peu d’artifices les peurs enfouies de l‘imaginaire enfantin. Car Stranger Things est avant tout une série sur l’enfance, ses amitiés éternelles et son goût pour l’aventure. La série s’est dotée à cet effet d’un casting de jeunes talents impeccables, entre le gouailleur, le timide, le téméraire et surtout cette fille mutique au look de garçonne qui, même en ne prononçant que quelques mots, en impose par son charisme et la force son regard. C’est surtout une vision de la féminité que l’on voit rarement chez des personnages aussi jeunes et qui donne déjà à Stranger Things ce petit truc en plus qui la fait sortir de l’océan sériel actuel.

Autre grande force du show, sa capacité à traiter avec le même intérêt et la même sensibilité ses personnages enfants, adolescents et adultes. En effet, si ce sont les amis de Will, le disparu, qui partent les premiers à sa recherche et sont les premiers entrainés dans ces histoires de superpouvoirs et de cachoteries gouvernementales, nous suivons également sa mère, assistée du Shérif, et son grand frère, aidé de la sœur de l’un des enfants. Tous savent que quelque chose cloche dans cette disparition, mais chacun aborde l’histoire sous un angle différent, grâce aux informations dont il dispose. Un trépidant jeu d’énigme où chaque indice est peut-être détenu par l’équipe d’en face, mais dont le moteur reste avant tout les relations qui se nouent et se dénouent entre les personnages au fil de leurs recherches. Parmi eux, c’est Winona Ryder qui impressionne le plus : mère fusionnelle capable de tout pour retrouver son fils, même à passer pour une folle, il faut la voir allumer tous ses petits lampions, convaincue de pouvoir ainsi communiquer avec son rejeton. Cette foi inébranlable et cet amour qui renverse tout illustrent parfaitement ce qui fait la réussite de la série : savoir viser le cœur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s