livres

[Livres] STUFF I’VE BEEN READING – AOUT 2016

Livres achetés :

  • Purity, de Jonathan Franzen
  • Alors vous ne serez plus jamais triste, de Baptiste Beaulieu
  • Le désastre de l’école numérique, de Philippe Bihouix et Karin Mauvilly
  • Les plus belles mains de Delhi, de Mikael Bergstrand

Livres lus :

  • Harry Potter and the Cursed Child, by J.K Rowling
  • Poulets Grillés, de Sophie Hénaff
  • Le bizarre incident du chien pendant la nuit, de Mark Haddon

hp15_q4_square_ls_pottermore

Pour tous ceux qui, comme moi, ont grandi avec Harry Potter, l’œuvre de J.K Rowling n’est pas un simple phénomène littéraire : c’est une religion. Pendant dix ans, la sortie de chaque nouveau tome fut le principal but de nos vies et leur lecture avait ce pouvoir magique de résoudre tous nos problèmes. L’annonce d’une suite à la saga close en 2007 faisait donc un peu figure de nouveau testament de la Bible. Face à cette attente monstrueuse, une précaution à prendre : ce nouveau texte, intitulé Harry Potter and the Cursed Child, est en effet le script d’une pièce de théâtre se jouant à Londres. La plupart des critiques que j’ai pu lire porte sur la nature même du texte, ce que j’ai du mal à comprendre : si vous ne voulez pas lire de théâtre, alors n’en lisez pas ! Et tout le monde s’en portera mieux ! Pour ma part, j’ai trouvé ce nouvel opus absolument brillant, pour une seule et bonne raison : l’esprit d’Harry Potter était bien présent. L’humour, la finesse, les relations entre les personnages… Tout ce qui a fait que pendant tout notre adolescence, nous nous sommes perdus dans ce monde et avons attendu chaque année notre lettre d’admission à Poudlard, se retrouve dans cette nouvelle aventure qui a l’intelligence de prendre racine dans les anciens volumes de la série, nous plongeant dans un univers familier et sécurisant. Parmi toutes ces madeleines de Proust, les nouveaux personnages sont d’une cohérence parfaite, prenant corps en quelques répliques. Les enfants de Harry et Draco, Albus et Scorpius, sont ainsi les nouveaux héros attachants de cette histoire aussi prenante et maligne que par le passé. Alors certes, le genre littéraire a ses limites : peu de place pour les personnages secondaires, nécessaire rapidité de l’action. Mais ça, nous le savions dès le début, donc pourquoi les reprocher à ses auteurs ? Pourquoi ne pas simplement apprécier ce qui nous est offert, surtout quand c’est fait dans le plus grand respect pour le lecteur ? Pendant la petite semaine qu’a duré ma lecture – je l’ai fait trainer par plaisir –, j’ai retrouvé ce plaisir irremplaçable que j’éprouvais à 14 ans en rejoignant mes amis Harry, Ron et Hermione. Alors, je me sentais invincible.

7778604513_poulets-grilles-de-sophie-henaff-est-paru-aux-editions-albin-michel

Lucide quant au fait qu’aucun livre ne pourrait supporter la transition avec Harry Potter, j’ai misé sur des valeurs sûres, des plaisirs certains recommandés par tous. Rien de pire que de rester des semaines sans lire car rien n’arrive à la hauteur du roman que l’on vient d’achever. J’ai donc enchainé sur Poulets Grillés de Sophie Hénaff, une comédie policière que j’avais envie de lire depuis très longtemps et qui a reçu de nombreux prix (et on aime ça, nous, les prix). Et ce fut un délice. Anne Capestan, ancienne flic brillante, est mise au placard après une énième bavure. Elle est alors chargée de diriger une brigade de bras cassés, que la PJ a décidé de regrouper là pour faire bondir les statistiques des autres unités. L’enquête ici compte moins que ce portrait de personnages touchants et hilarants, dont la seule particularité est de vivre selon leurs désirs. Pas (tous) si bizarres que ça, ils sont avant tout des humains attachants qui nous révèlent toutes les petites défaillances du système et vont surtout au bout de leurs convictions, au nom de la loi, mais aussi du rire. Un roman enlevé, drôle et intelligent qui fait du bien. Merci Sophie Hénaff !

curiousincident-702x336

Ma dernière lecture du mois est un classique moderne que je veux lire depuis des années : Le bizarre incident du chien pendant la nuit de Mark Haddon. A l’origine un livre pour ados, il est depuis longtemps édité aussi dans des conditions pour adultes. Et c’est la nouvelle couverture toute mignonne des éditions Pocket qui a finalement fait que je me suis attaquée à ce roman (oui, je suis une personne superficielle). Et quelle claque. Bien sûr, BIEN SUR que ce livre est devenu un classique, cela paraît tellement évident après l’avoir lu ! Pourquoi ai-je attendu aussi longtemps pour le lire, franchement ? Honte à moi. Ecrit à la première personne, c’est la voix de Christopher Boone, jeune autiste de 15 ans, qui nous guide dans cette enquête sur le meurtre d’un chien, celui de sa voisine plus précisément. Mais, comme dans Poulets Grillés, l’enquête principale est vite reléguée au second plan pour nous que nous puissions nous concentrer sur les rapports entre Chris et son entourage, sur sa façon de voir le monde et d’appréhender l’inconnu. Le tout est d’autant plus bouleversant que nous vivons cette réalité à travers les yeux du jeune adolescent, avec sa vision naïve et sa façon de révéler les incohérences des gens soi-disant « normaux ». Difficile de décrire toute la subtilité, l’originalité et l’émotion du roman de Mark Haddon, mais ce que je peux dire, c’est que mon cœur s’est plusieurs fois arrêter de battre en lisant ce livre. Les chefs d’œuvre savent parfois se faire désirer.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s