musique

[Musique] LIVE REPORT : HOMESHAKE AU POINT EPHEMERE

Découvrir pour la première fois à quoi ressemble un artiste en vrai peut être une expérience traumatisante. L’homme qui est apparu sur la scène du Point éphémère le 10 mai dernier sous le nom de Homeshake n’avait ainsi rien à voir avec celui qui, sur ses photos promotionnelles, semblait parfaitement refléter son statut de pote de Mac Demarco, dégaine décontractée et casquette vissée sur la tête.

Soyons honnêtes, contre toute attente, le mec qui est apparu sur scène était plutôt sublime. Ce qui joue beaucoup lorsque vous allez consacrer les prochaines soixante-dix minutes de votre vie à le regarder chanter. Mais derrière cette beauté physique indéniable se cachait surtout la beauté de ses chansons. Depuis quelques mois, son nouvel album Fresh Air avait effectivement fait souffler un vent pop frais sur nos vies, entre dream pop à la Demarco (dont il a été le musicien) et électro smooth. Sur scène, le fossé avec son camarade canadien se creuse pour révéler une présence sensuelle, une voix chaude et une pop beaucoup plus jazz que prévue. Après une petite intro logique sur « Hello Welcome », le merveilleux single « Every Single Thing » fait déjà exploser le public surchauffé d’amour. Des titres comme « Call Me Up » regorgeant de groove nous amènent ensuite progressivement à des sommets de beauté comme sur le très attendu « Khmlwugh » où Homeshake, triturant artificiellement sa voix finit par s’envoler dans des aigus technologiquement contrôlés mais incroyablement bouleversants. Les quelques petites notes qui le font redescendre dans les graves sont probablement les 3 plus belles secondes de musique que j’ai attendues cette année. Si la set list fait la part belle aux titres de son dernier opus, notre ami n’en a pas pour autant oublié les tubes de ses deux précédents albums, entre un « Give it to me » entêtant et un « Making a Fool of you » malicieux qui clôturera le concert sur des improvisations jazz donnant définitivement à ce concert des allures de concert homemade.

Avec une présence timide mais folle, des musiciens au diapason (le bassiste gaucher qui fait des bulles de chewing-gum en jouant : je valide), Homeshake et ses amis ont probablement livré en toute discrétion le plus beau concert de l’année, en privilégiant simplement ce qui finit toujours par faire la différence : la mélodie. Pour les vrais fans, rendez-vous la semaine prochaine au Festival The Great Escape, sur les plages de Brighton, pour un second rappel. Tout en beauté.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s