séries

[Séries] 10 SÉRIES A RATTRAPER CET ÉTÉ

on-my-block-759

Oui, cela fait une éternité que je n’ai pas écrit sur ce site, et donc aussi longtemps que je ne vous ai pas dit quoi regarder sur Netflix. Mais Internet n’oublie pas et il n’est jamais trop tard pour rattraper quelques épisodes et saisons par-ci par-là. Lorsque la Coupe du monde de football sera passée et qu’il fera une chaleur trop écrasante pour sortir de chez vous, vous n’aurez plus qu’à vous poser devant l’une des séries tirées de cette petite liste que je vous ai concoctée.

Les nouvelles séries

  • On My Block (Netlifx)

Mon coup de cœur absolu de ce premier semestre 2018 s’appelle On My Block. Cette série Netflix ne fait pas que mettre en avant – enfin ! – les communauté latinos et afro-américaines au sein d’une série centrée sur des adolescents : il s’agit surtout d’une comédie irrésistible qui joue mieux que personne les ruptures de ton pour nous faire comprendre la banalité de la violence dans les quartiers populaires de Los Angeles et d’une galerie de personnages charismatiques qui n’en imitent aucun autre. Et cerise sur le gâteau, la série signe la meilleure bande-son de l’année (elle s’écoute d’ailleurs sur Spotify). Faites-moi confiance, vous n’en ressortirez pas indemnes.

  • Everything Sucks (Netflix)

Injustement annulée après une toute petite saison, Everything Sucks peut tout à fait se regarder comme une mini-série qui se suffit à elle-même. Située dans les années 1990, cette série adolescente évite les écueils de la nostalgie facile et se concentre sur la quête d’identité – notamment sexuelle – de ses jeunes héros. Fraîche, drôle et attachante, cette série déroule avec douceur et sans prétention son programme d’ouverture de l’esprit et de la bienveillance pour tous. On aurait aimé en voir plus, mais on se contentera de ces quelques charmants épisodes.

  • Rise (A chercher sur les Internet)

Encore une autre victime des campagnes d’annulation des diffuseurs américains. Rise était pourtant la parfaite synthèse entre Glee et Friday Night Lights, une version réaliste et touchante de la condition des arts dans les lycées américains. Avec son prof aux grandes ambitions pédagogiques (Josh Radnor, Ted Mosby dans How I Met Your Mother) et ses élèves ensevelis sous les problèmes familiaux, la série en faisait peut-être parfois trop, mais toujours avec beaucoup de cœur. Comme sa petite sœur malchanceuse Everything Sucks, elle se savoure aussi bien en une seule saison, donc aucune raison de faire l’impasse, pour peut-être ainsi lui offrir une seconde vie.

  • Queer Eye (Netflix)

Une fois n’est pas coutume, j’invite une série de télé-réalité dans ma liste. Mais il faut dire que Queer Eye ne sait pas faire autrement que de faire valser tous nos préjugés. Avec son pitch improbable (cinq hommes gays relookent et redonnent confiance à un homme hétéro – avec quelques exceptions), Queer Eye pouvait clairement faire peur et faire craindre le ramassis de clichés. C’est tout l’inverse. Les Fab 5 nous apprennent à être plus tolérants avec les autres et plus confiants avec nous-mêmes, dans un élan rassembleur et bienveillant rarement vu à la télévision. Si vous ne tombez pas immédiatement amoureux de Jonathan, Antoni et Tan, je ne comprends plus ce monde. Clairement le miracle audiovisuel de l’année.

  • Perdus dans l’espace (Netflix)

Ce remake d’un classique de la SF s’est apparemment fait lyncher par les puristes lors de sa sortie, ce qui est selon moi tout à fait injuste. Malgré deux premiers épisodes un peu inégaux, Perdus dans l’espace est la parfaite série d’aventure familiale, avec ses parents justes et courageux, ses enfants intrépides et malins, et surtout un robot aussi charismatique que bouleversant, ce qui est quand même assez rare pour être relevé. On ne peut pas avoir un spin-off de Star Trek tous les mois : c’est donc avec plaisir qu’on pourra réfléchir au futur de l’humanité dans l’espace avec la famille Robinson.

Nouvelles saisons

  • Dear White People (saison 2, Netflix)

La saison 1 de la série militante et satirique Dear White People ne m’avait qu’à moitié convaincue : pertinente, mais trop didactique, trop poseuse. La saison 2 est une vraie claque. En se débarrassant de son gimmick encombrant vue en première saison (revivre les mêmes événements depuis le point de vue d’un autre personnage), cette nouvelle livraison parvient à nous intéresser à chacun de ses protagonistes tout en élevant le débat et en variant et élargissant les thématiques abordées. Probablement la série la plus intelligente – et la plus fun – du moment.

  • 13 Reasons Why (saison 2, Netflix)

La saison 1 de la série événement de Netflix nous laissait avec beaucoup de questions restées dans réponse. Une saison 2 était donc plus que nécessaire. En donnant cette fois-ci la parole aux camarades d’Hannah Baker, la série fait basculer très finement le curseur pour nous faire comprendre le mal-être de ces adolescents soit-disant persécuteurs. Mais surtout, dans une volonté très méta, la série fait répondre ses personnages aux attaques faites contre la série elle-même, comme celle de glamouriser le suicide, là où les créateurs du programme souhaitent avant tout lancer une discussion pour sensibiliser le public sur le sujet. Une seconde saison indispensable donc, qui vient en partie apaiser le choc provoqué par la première.

  • The Bold Type (saison 2, à chercher sur les Internet)

Si vous êtes une fille, vous devez regarder The Bold Type. Si vous êtes un garçon et que vous voulez mieux comprendre les filles et leur réalité, vous devez regarder The Bold Type. Cette série est la quintessence du combat féministe au XXIe siècle dans un écrin tellement soyeux et flashy qu’il serait parfaitement ridicule de s’en priver. Sa grande particularité, c’est de nous présenter une histoire SANS antagoniste, et surtout sans aucun antagoniste féminin. Ici, on est pour la solidarité entre femmes et pour l’apprentissage par l’exemple. Là où la saison 1 faisait mouche, les premiers épisodes de la saison 2 tapent en plein dans le mille. Toutes les campagnes de girl empowerment devraient ressembler à ça.

  • The Unbreakable Kimmy Schmidt (saison 4, Netfix)

Kimmy Schmit est, depuis ses débuts, une création inclassable. Dire qu’elle est complètement barrée serait un euphémisme. Ici, l’absurdité hilarante, le drame social, la comédie musicale, les revendications féministes et LGBTQ+ et la science-fiction light ne font plus qu’un. Kimmy et Titus sont sont personnages bigger than life dont on peut difficilement imaginer qu’ils auraient pu ne jamais voir le jour. Difficile de décrire cette nouvelle saison, à part qu’elle aborde à sa manière l’affaire Weinstein. C’est-à-dire comme personne. Plus qu’une série, une expérience.

  • New Girl (saison 7 à chercher sur les Internet – les saisons 1 à 5 sont dispos sur Netflix)

Et oui, c’est l’heure de baisser le rideau pour New Girl après sept années de folie passées avec Zooey Deschanel. Au-delà de la comédie douce-dingue, on retiendra surtout une belle réflexion sur le passage à l’âge adulte et des personnages de moins en moins stéréotypés au fil des saisons. Mention spéciale à mon âme sœur, mon double, mon animal spirituel : Winston Bishop. Peu de gens depuis Chandler Bing m’auront autant fait rire que lui et m’auront autant rassuré quant à mon propre grain au cerveau. Merci Winston, merci New Girl.

En bonus : 2 téléfilms Netflix à savourer un soir d’été.

Parmi les nombreux films produits par Netflix récemment, on retiendra deux comédies particulièrement savoureuses : le très touchant et cocasse Alex Strangelove, sur la quête identitaire, amicale et sexuelle d’un jeune lycéen, sorte de version geek et bancale de Love, Simon ; et la comédie romantique par excellence Petits coups montés, dont le couple star Zoey Deutch et Glen Powell est beaucoup trop mignon et talentueux pour être ignoré.

Bon visionnage et bel été !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s