livres

[Livres] MA SÉLECTION DE LIVRES POUR L’ÉTÉ

livre-bord-de-plage-810x392

Vous l’attendiez, la voici ! Comme un bon été ne peut pas se faire sans un bon livre, voici 10 conseils lecture pour ensoleiller vos vacances.

  • Appelle-moi par ton nom, d’André Aciman (roman)

En consultant cet article, vous ne pouviez de toute évidence pas échapper au roman dont s’est inspiré mon film préféré de 2018 à ce jour, à savoir Call Me By Your Name. Quoi de mieux que de passer l’été dans une maison de famille en Italie et d’y tomber amoureux pour la première fois ? Retranscription fidèle du film (même si c’est bien sûr l’inverse), les mots d’Aciman nous envoûtent et nous font ressentir des émotions dont on ne savait même pas qu’elles existaient. Avec une telle merveille, vous attraperez forcément un coup de soleil.

critique-call-me-by-your-name-03.jpg

  • Un Été avec Homère, de Sylvain Tesson (essai)

Vous n’avez pas envie de vous farcir L’Illiade et L’Odyssée parce que la vie est trop courte, mais vous voulez quand même vous la raconter pendant vos soirées d’été ? Sylvain Tesson est là pour vous sauver ! Tiré de l’émission estivale de France Inter du même nom, cet essai nous embarque sur les mers méditerranéennes direction Troie et Ithaque. Avec son style inimitable et ses réflexions passionnantes sur notre société contemporaine, Tesson nous émerveille encore une fois et nous fait économiser un temps de lecture non négligeable, tout en nous faisant découvrir des aspects insoupçonnés de l’œuvre mythique d’Homère. Indispensable quand vous serez sur votre serviette de plage à admirer la mer.

homère

  • Des tortues à l’infini, de John Green (jeune adulte)

Même si John Green écrit officiellement pour les adolescents et les jeunes adultes, son niveau d’expertise de la psyché humaine en fait un auteur remarquable pour tous les âges. Avec Des tortues à l’infini, l’auteur américain nous embarque dans le cerveau d’Aza, une jeune adolescente prisonnière d’infernales spirales de pensées qui l’empêchent de vivre pleinement sa vie. En s’inspirant de ses propres problèmes, Green nous touche en plein cœur, nous bouleverse et nous fait réfléchir sans jamais oublier de nous faire rire. Une leçon d’empathie comme on en lit rarement.

tortues

  • Les Nouvelles aventures du Fakir au pays d’Ikea, de Romain Puértolas (comédie)

Notre vrai-faux fakir préféré est de retour ! Après avoir traversé une bonne partie de l’Europe caché dans une armoire ou à bord d’une montgolfière, Ajatashatru Lavash Patel est finalement bien installé à Paris. Mais pas pour longtemps, car l’aventure semble toujours frapper à la porte de l’Indien expatrié. Avec son humour burlesque et sa bienveillance engagée, en particulier sur la question des migrants, Puértolas nous offre une merveilleuse suite, dont vous pourrez compléter la lecture en allant voir l’adaptation cinéma toute aussi réussie de son premier opus (L’extraordinaire voyage du fakir, toujours en salle).

fakir

  • Talking As Fast As I Can, by Lauren Graham (mémoires en anglais)

Si vous êtes fan de la série Gilmore Girls et/ou si vous avez envie de pratiquer un peu votre anglais cet été avec une lecture accessible et agréable, ne cherchez plus : les mémoires de Lauren Graham, l’inoubliable Lorelei Gilmore, vont vous ravir. Avec son humour et son débit de paroles inimitable, l’actrice américaine nous offre une vision du monde assez éloignée des habituelles autobiographies des stars hollywoodiennes, où esprit de la win et vie de famille sont les maîtres mots d’une vie réussie. Avec Lauren, on cherche tranquillement sa voie et on trouve plutôt l’amour à 40 ans. Un récit plein de pudeur et d’esprit, aussi chaleureux que rafraichissant. Bref, parfait pour l’été.

lauren

  • Le Livre de l’homme, de Barry Graham (roman)

Comme certains d’entre vous le savent déjà, j’ai rédigé cette année, dans le cadre de ma reprise d’études, un mémoire sur Glasgow, ville écossaise dont je suis follement amoureuse (merci Franz Ferdinand). Dans ce roman culte mais oublié de la nouvelle scène littéraire urbaine écossaise, Barry Graham nous raconte la vie culturelle glaswégienne des années 1980 et 1990, gangrenée par les substances illicites et la pauvreté, mais toujours habitée par un amour de l’art qui se transforme en élan de survie. Une lecture à la fois passionnante et indispensable pour comprendre l’Ecosse d’aujourd’hui.

  • La Disparition de Stephanie Mailer, de Joël Dicker (policier)

En bons page turners de qualité qui se respectent, les romans de Joël Dicker sont la quintessence même du roman de vacances. Avec cette nouvelle enquête, nul doute que le Suisse saura une nouvelle fois nous embarquer dans une histoire aussi prenante que surprenante et nous faire voyager très loin de nos soucis quotidiens. Non seulement son écriture est d’une efficacité imparable, mais il y rajoute toujours ce petit supplément d’âme qui fait qu’on se sent dans ses livres comme à la maison.

joel-dicker-la-disparition-de-stephanie-mailer1

  • Mon Autre famille, d’Armistead Maupin (autobiographie)

Après nous avoir régalés pendant des décennies avec ses Chroniques de San Fransisco, Armistead Maupin nous offre aujourd’hui l’histoire de sa propre vie. Un voyage au cœur du San Fransisco gay des années 1970 et de cette communauté qui deviendra son « autre famille ». Maupin sait mieux que personne raconter des histoires graves sur un ton léger et nous submerger de son empathie et de son amour des gens. Qu’il partage avec nous une partie de son histoire et de l’Histoire ne peut être qu’un beau cadeau pour cet été.

maupin

  • Love, Simon, de Beck Albertalli (jeune adulte)

Oui, il s’agit encore un roman pour jeunes adultes. Oui, il s‘agit encore d’un roman qui a inspiré l’un de mes films préférés de 2018. Mais comment résister devant le coming-out adolescent de Love, Simon (le nouveau titre de Moi, Simon, 16 ans, Homo Sapiens), sa tendresse, son humour, sa générosité et son ouverture d’esprit ? Tous les livres devraient être porteurs d’un message aussi important et surtout prendre autant le temps de suivre leurs personnages dans leur quotidien et leur parcours intérieur. Si vous avez vu le film, déjà formidable, n’hésitez pas à faire durer le plaisir avec le roman !

love simon.jpg

  • Frankenstein, ou le Prométhée moderne, de Mary Shelley (classique)

Le 8 août prochain sortira le film Mary Shelley, avec Elle Fanning, sur la genèse de l’écriture de Frankenstein, l’un des plus grands classiques de la littérature fantastique et science-fiction et fruit de l’imagination débordante et torturée d’une jeune Anglaise d’à peine 18 ans début du XIXe siècle. Après avoir eu la chance de voir le film en avant-première, je n’ai eu qu’une envie : redécouvrir cette œuvre mystérieuse à la lumière de l’histoire insoupçonnée de son auteure, qui ne cherchait qu’à retranscrire son violent sentiment d’abandon causé par son amant instable. Bouleversant et visionnaire, on comprend mieux comment naissent les chefs d’œuvre.

Mary-Shelley-2

Bel été et bonnes lectures à tous !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s