cinéma

[Cinéma] TOP 10 FILMS 2018

Call-Me-By-Your-Name-1-1600x900-c-default

Pour tout vous dire, j’ai eu quelques difficultés à établir ce Top 10, car cette année cinématographique a été très productive en films de qualité. Faire un Top 20 aurait en outre pu me permettre de rattraper les longs mois d’absence sur mon site et de faire une vraie séance de rattrapage. J’aurais ainsi pu facilement rajouter à cette liste le tendu Everybody Knows, l’évanescent Come As You Are, le complètement dingue En Liberté !, le subversif Blackkklansman ou encore le bouleversant A Star Is Born, qui ont tous marqué mon année de cinéphile. Alors pourquoi ne les retrouve-t-on finalement pas ici ? Parce que j’aime la synthèse et j’ai donc choisi de me concentrer sur les 10 films qui, selon moi, figureront encore dans mon Panthéon personnel dans les années à venir, ceux que je re-regarderai encore en boucle avec plaisir jusqu’à la fin des temps. Et oui, les trois films de Vincent Lacoste sortis cette année en font partie.

1- Call Me By Your Name, de Luca Guadagnino

Timothée Chalamet. Timothée Chalamet. Timothée Chalamet. Timothée Chalamet. Timothée Chalamet. Timothée Chalamet. Timothée Chalamet. Timothée Chalamet. Timothée Chalamet. Timothée Chalamet. Timothée Chalamet. Timothée Chalamet. Timothée Chalamet. Timothée Chalamet. Timothée Chalamet. Timothée Chalamet. Timothée Chalamet. Timothée Chalamet. Timothée Chalamet. Timothée Chalamet. Timothée Chalamet.

2- Love, Simon, de Greg Berlanti

Aucun autre film cette année ne m’aura donné envie de me lever de mon siège pour applaudir une scène et encourager ses protagonistes. Love, Simon, merveilleuse rom-com adolescente sur le coming-out d’un jeune homosexuel, est le genre de film qui vous donne envie de faire ce genre de choses. Le genre de film important, donc. [Critique complète à lire ici]

3- Three Billboards : Les Panneaux de la Vengeance, de Martin McDonagh

Three Billboards est indéniablement ma grande surprise de l’année. Vendu comme un succédané des films des frères Coen, dont j’ai toujours redouté l’humour beaucoup trop noir à mon goût, Three Billboards est au contraire une merveille de tendresse et d’empathie, sans renoncer pour autant à son acidité et à sa folie. Le message à la fois optimiste et impitoyable du film réveille tout notre sens (a)moral et Frances McDormand est tout simplement royale. [Critique complète à lire ici]

4- Crazy Rich Asians, de Jon Chu

Autre excellente surprise, Crazy Rich Asians signe, je l’espère, le grand retour des comédies sentimentales dignes de ce nom. Personnages secondaires parfaitement écrits, gags efficaces, contexte socio-culturel approfondi, émotions sincères : la première comédie mainstream au casting 100% asiatique – et 0% stéréotypé – sait comment construire une histoire à la fois romantique et intelligente. Merci !

5- Le Cercle Littéraire de Guernesey, de Mike Newell

Pour être honnête, mon premier visionnage de cette adaptation de l’un de mes livres préférés au monde – le soir de mon anniversaire – ne m’avait pas fait grande impression, surtout qu’elle est très éloignée de l’original. Par chance, je l’ai revu quelques mois plus tard, libérée de tout a priori, et tout le charme de ce drame classique mais irrévérencieux m’est alors apparu avec plus de clarté, à l’image de son couple d’acteurs, les lumineux Lily James et Michiel Huisman. On en redemande.

6- Amanda, de Mikhaël Hers

Amanda n’est que la première étape dans ma déclaration d’amour à Vincent Lacoste en 2018. Déjà conquise par les deux derniers films de Mikhaël Hers (Oslo, 31 août et Ce sentiment de l’été), Amanda est d’une beauté et d’une douceur éblouissantes. Comme à son habitude, le réalisateur français s’empare d’un sujet sombre et difficile – le deuil – pour nous livrer un film bourré d’espoir et de lumière au bout du tunnel. L’actrice qui joue Amanda est adorable et Vincent est d’une perfection toute Lacoste.

7- Le Grand Bain, de Gilles Lellouche

On s’attendait à une grande comédie, on a eu un grand film. Peuplée de héros et d’héroïnes pas vraiment héroïques, la première réalisation de Gilles Lellouche est un éloge bouleversant à la solidarité et au courage naïf et insensé de ceux qui veulent à tout prix réaliser leurs rêves, aussi fous ou inconséquents soient-ils. Le vrai « plan cœur » de cette année 2018.

8- A tous les garçons que j’ai aimés, de Susan Johnson

Le phénomène Netflix est, avec Crazy Rich Asians, la deuxième grande tentative de l’année d’imposer un casting asiatique libéré de tout stéréotype, mais aussi de relancer les comédies sentimentales dans toute leur beauté et leur fraîcheur. Adaptée d’un célèbre roman pour jeunes adultes, A tous les garçons que j’ai aimés est ce qui se fait de mieux en termes de romance adolescente, lorgnant vers les références cultes des années 90 comme Clueless et 10 Things I Hate About You en tête. Un délice à consommer sans modération.

9- Première Année, de Thomas Lilti

Première Année s’impose comme la confirmation que je suis fan des films de Thomas Lilti. Après Hippocrate et Médecin de Campagne, l’ancien médecin nous offre une nouvelle fois une analyse de l’intérieur de l’une des étapes les plus éprouvantes des aspirants docteurs : la première année de fac de médecine. William Lebghil et Vincent Lacoste incarnent avec justesse deux attitudes face à cette épreuve – le pragmatisme détaché et la folie studieuse – et nous donnent à réfléchir avec humour et tendresse sur notre conception de la réussite.

10- Plaire, Aimer et Courir Vite, de Christophe Honoré

Vous savez que cela a été une bonne année cinématographique quand le film de Christophe Honoré ne se retrouve qu’à la dixième place du classement. Le seul défaut du film est que Vincent Lacoste n’apparaît pas dans chacun de ses plans, tant il irradie chaque scène de sa joie de vivre et de son magnétisme fiévreux. Mais bien sûr, la beauté de la réalisation et la cruauté de la maladie nous font quand même vibrer à chaque minute de son absence.

En bonus :

  • Le meilleur film de Noël : Les Chroniques de Noël, de Clay Kaytis

Si La Princesse de Chicago a su s’imposer comme le nouveau A Christmas Prince, c’est surtout Les Chroniques de Noël qui a su cette année fait revivre l’esprit de Noël sur Netflix. Drôle, poétique, surprenant et jamais idiot, cette histoire à la fois magique et réaliste de deux enfants embarqués par erreur dans le traîneau de Santa Claus le soir du réveillon, fait entrer le conte de Noël dans la modernité, sans pour autant perdre les codes traditionnels qui en font tout le charme. Mention spéciale au Père Noël Kurt Russell, hilarant et touchant à la fois, quand il ne se la joue pas carrément crooner.

  • Preview des meilleurs films de 2019 Creed II, de Steven Caple Jr.

L’avantage de vivre en Irlande, c’est que vous pouvez voir plein de films avant qu’ils ne sortent en France. Creed II, sorti pour le weekend de Thanksgiving, en fait partie et je peux déjà vous annoncer qu’il sera l’un des grands films de 2019. Fidèle à l’esprit du premier malgré le changement de réalisateur, il fait progresser l’histoire initiale avec cohérence et intelligence, mais surtout beaucoup de cœur. Le couple Michael B. Jordan et Tessa Thompson n’a jamais été aussi intense et crédible, et les combats de boxe jamais autant imprégnés dans notre chair.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s