séries

[Séries] TOP 10 SERIES 2018

sabrina

Je reconnais que ce Top s’est un peu fait attendre, pour la simple et bonne raison qu’il y a encore quelques semaines, je n’avais pas regardé suffisamment de bonnes séries sorties en 2018 pour établir un classement de mes préférées. Après une session de rattrapage particulièrement intense pendant les fêtes, je suis enfin en mesure de vous faire part de mes dix coups de cœur. Et si la moitié ont pour décor le lycée, ce sont surtout presque 100% d’entre elles qui sont menées par des personnages féminins. ENFIN.

1- On My Block (Netflix)

La seule saison 1 que j’ai binge-watchée en un seul visionnage mais que j’ai aussi re-revue plusieurs fois. Et je ne suis pas la seule, puisque On My Block est officiellement la série la plus binge-watchée de l’année sur Netflix. Déjà évoquée sur ce site, c’est bien sûr mon grand coup de cœur de 2018. Que ce soient les personnages, l’émotion, l’humour ou la bande-son, tous les détails de cette nouvelle série faussement adolescente mais vraiment attachante m’ont attrapée dès la première scène pour ne plus jamais me lâcher. Incontournable.

2- Les Nouvelles Aventures de Sabrina (Netflix)

La bataille a été rude pour la première place et ce reboot de Sabrina l’apprentie sorcière a bien failli arriver sur la plus haute marche du podium. Délicieusement vintages et effrayantes, ces aventures n’ont plus grand-chose à voir avec la comédie lycéenne de l’original, mais ce n’est pas pour nous déplaire. Les acteurs sont assez incroyablement parfaits, la malicieuse Kiernan Shipka en tête, et les relations entre les personnages tout aussi passionnantes. Selon moi la seule proposition convaincante de série fantastique depuis belle lurette (ceux qui ont eu la malchance de tomber sur A Discovery of Witches comprendront).

3- Elite (Netflix)

Elite n’est peut-être qu’à la troisième place de ce classement, mais elle gagnerait haut la main le prix de la série la plus addictive, mais aussi la plus sexy de l’année ! Cette production espagnole sait comment nous rendre accro aux histoires criminelles et amoureuses de ces ados en proie à la lutte des classes et des sentiments. Et même si c’est avant tout l’histoire qui nous fait cliquer sur « Lancer l’épisode suivant » plus vite que l’éclair, on ne peut pas nier que le physique plutôt avantageux des acteurs et actrices y est aussi un peu pour quelque chose. Alors, pourquoi bouder son plaisir ?

4- Pose (Canal +)

Ce n’est pas mon genre, mais je craignais une déception avec Pose, Ryan Murphy ayant parfois la fâcheuse tendance à en faire trop. Mais rien de tout ça ici. Si l’esthétique est recherchée et l’histoire regorge d’informations aussi troublantes que passionnantes sur la condition de la communauté LGBT – en particulier les femmes transgenres – dans les années 1980, Pose sait aussi faire simple en se concentrant sur ses personnages attachants, dont la petite histoire n’est jamais sacrifiée au profit de la grande. Un énorme coup de cœur d’autant plus touchant qu’il était inattendu.

5- Bodyguard (Netflix)

Moi qui évite depuis longtemps les séries trop stressantes, je me dis que Bodyguard a quand même réussi le hold-up de l’année en se hissant dans mon Top 5. Je n’ai ainsi fait qu’une bouchée de cette mini-série britannique avec en tête d’affiche le toujours magnifique Richard Madden, d’ailleurs récompensé aux Golden Globes pour ce rôle. Sous tension permanente (les 20 premières minutes du pilote, déjà cultes), elle nous rappelle tout simplement les grandes heures de 24 heures chrono – lutte anti-terroriste et complots politiques inclus –, lorsque vous n’arriviez même pas à lâcher votre écran pour aller aux toilettes. Difficile d’en sortir vivant, pour les personnages comme pour nous !

6- Everything Sucks ! (Netflix)

Une petite saison et puis s’en va ! Si Netflix a décidé – à tort – d’annuler cette excellente série adolescente après une seule saison, rien ne vous empêche de savourer ces quelques épisodes comme une histoire se suffisant à elle-même. Drôle, touchante, cozy, amoureusement 90s, Everything sucks ! a aussi comme grand atout de nous parler avec intelligence et douceur de l’homosexualité féminine, plutôt sous-représentée à l’écran comparée à son homologue masculine. Une série qui réchauffe le cœur et qui nous manquera terriblement.

7- This Close (à chercher sur les Internet)

Centrée sur l’amitié fusionnelle de deux trentenaires, tous les deux sourds, This Close est l’exemple parfait de ce que toute série dramatique devrait chercher à être. Bouleversant et réaliste, ce drame cache de grands moments de tendresse et de rire et nous sensibilise surtout à la condition des personnes souffrant de handicap, dont l’inadaptation totale des nos infrastructures et de nos esprits transforme la vie en obstacle permanent. Sans jamais devenir militant, le propos est d’une telle justesse qu’il changera forcément un peu votre perception du monde.

8- Killing Eve (Canal +)

C’est la sensation sérielle de l’année et l’on comprend pourquoi. Menée par deux actrices magnétiques, Sandra Oh (elle aussi grande gagnante des derniers Golden Globes) et Jodie Comer, Killing Eve est révolutionnaire par son exploration de la relation obsessionnelle entre deux femmes qui s’admirent autant qu’elles se détestent – une tueuse à gage qui aime beaucoup son travail et une flic un peu trop fascinée par les meurtrières. Sensuelle, prenante et surprenante, la série nous fait oublier ses quelques incohérences avec son potentiel addictif presqu’aussi dangereux que son héroïne.

9- Derry Girls (Netflix)

Il aurait été étonnant de me voir passer un an en Irlande sans mettre une seule série irlandaise dans ce Top ! Ces six épisodes situés à Derry/Londonderry en Irlande du Nord dans les années 1990 nous fait découvrir la vie de quatre jeunes lycéennes issues de la minorité catholique de la ville pendant la terrible période des Troubles (c’est là qu’a eu lieu le fameux Bloody Sunday en 1972). Mais ne vous y méprenez pas, Derry Girls est clairement une série comique, hilarante et complètement loufoque, qui, à l’image de On My Block, met intelligemment en perspective l’innocence de la jeunesse et la violence du contexte social et politique dans laquelle elle doit évoluer.

10- Sorry For Your Loss (Facebook)

La première production de Facebook Watch –en accès libre sur le site– est étonnamment une série particulièrement discrète, mais très réussie. La merveilleuse Elizabeth Olsen joue une jeune veuve qui doit apprendre à surmonter son deuil et s’adapter aux nouvelles dynamiques relationnelles avec sa famille et sa belle-famille. Tout sonne juste, tout est subtil sans jamais être ennuyeux ou plombant. Et surtout, la série nous fait réfléchir sur notre façon d’appréhender le mal-être de nos proches, voire leur dépression. Discrète, mais importante.

En bonus :

  • La (probable) meilleure série française que je n’ai pas eu le temps de regarder : Hippocrate (Canal +)

Mes dizaines d’heures de visionnage pendant les fêtes ne m’auront néanmoins pas permis de rattraper tout ce que je n’avais pas vu dans l’année. Hippocrate aura donc été la grande sacrifiée de mon année série. Mais, au vu des critiques dithyrambiques et du parcours cinématographique sans faute de Thomas Lilti, je n’ai aucun doute que cette adaptation de son film éponyme est tout aussi formidable.

  • Les meilleures saisons 2 de l’année : Atypical / 13 Reasons Why / Dear White People / Glow (Netflix)

Si Atypical et 13 Reasons Why ont confirmé le succès de leur première saison avec une nouvelle salve d’épisodes de très grande qualité, ce sont surtout Dear White People et Glow qui nous ont vraiment surpris cette année avec leurs deuxièmes saisons respectives. Après des débuts très inégaux où l’empathie avait du mal à se faire une place, les deux créations Netflix ont réussi à trouver leur ton, faire confiance à leurs personnages et à oublier leur concept de départ pour se concentrer uniquement sur la force du propos et la sincérité des sentiments. Je dis OUI !

  • Les déceptions : Sharp Objects (OCS) / Maniac (Netflix)

Toutes deux pourtant menées par mes deux actrices préférées – Amy Adams et Emma Stone – Sharp Objects et Maniac sont les exemples parfaits de ce deviennent les séries qui se prennent trop au sérieux et font passer leurs ambitions esthétiques avant leur histoire et leurs personnages : des objets visuels ennuyeux à mourir.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s