séries

[Séries] 10 SÉRIES A REGARDER CET ÉTÉ

thumb-1920-694600

Comme tout le monde, vous avez déjà fini l’incroyable saison 3 de Stranger Things, dévoré la troisième partie de La Casa de Papel et pleuré à chaudes larmes devant les derniers épisodes de Queer Eye ? Et maintenant vous ne savez plus quoi regarder avant la fin de votre été ? Pas de panique, voici un petit guide de quelques séries formidables que vous avez peut-être laissé passer…

Lucifer (saisons 1 à 4 sur Netflix)

Mon niveau d’obsession pour la série Lucifer a atteint son paroxysme ces derniers mois, avec un binge-watching intensif des quatre premières saisons en à peine deux semaines. Sauvée de l’annulation par Netflix, Lucifer raconte les aventures du Diable sur Terre de manière inattendue, dans un mélange improbable mais parfait d’humour, d’enquête policière, de drame romantico-familial et de fantastique. Et rappelle ainsi les grandes heures addictives de la Trilogie du samedi sur M6 (les vrais savent). Dans le rôle-titre, Tom Ellis déploie un charisme presque insoutenable, les personnages secondaires sont tous plus excellents les uns que les autres et la saison 4 nouvellement sortie atteint un niveau stratosphérique. Incontournable.

Skam France (saisons 1 à 4 sur France TV)

Pour ma deuxième obsession du moment, je dois remercier les campagnes d’affichage intensives de France Télévisions à la Gare Montparnasse. J’ai fini par craquer, les gars, bien joué ! Je ne suis pas sans savoir que cette adaptation de la série phénomène norvégienne est d’abord destinée à un public adolescent, mais je suis là pour vous dire que JE M’EN FICHE ! Peu importe aussi que les personnages ont l’air de vivre une vie de trentenaire quand ils n’ont que 16 ans. Le tout est tellement bien construit, frais et addictif que je suis prête à suivre la bande jusqu’en terminale.

The State of the Union (saison 1 sur Sundance TV)

Petite série ultra discrète, The State of the Union est pourtant l’œuvre du célèbre Stephen Frears (à la réalisation) et de mon héros Nick Hornby (au scénario). Rosamund Pike et mon chouchou Chris O’Dowd incarnent ici un couple qui, en dix épisodes de dix minutes, essaient de sauver leur mariage autour d’un verre (littéralement pendant les dix minutes qui précèdent leur rendez-vous chez la conseillère conjugale). C’est drôle, c’est fin, c’est anglais, et ça s’avale comme une seule bouchée de pudding.

Big Little Lies (saisons 1 et 2 sur OCS)

La plupart de mes amis ont, comme moi, vu et adoré la première saison de cette formidable série produite et interprétée notamment par Reese Witherspoon et Nicole Kidman – nos role models à toutes. Ayant choisi d’attendre que tous les épisodes de la deuxième saison soient sortis avant de les regarder d’une traite, je ne peux donc pas encore vous en parler, mais je peux déjà parier sur sa grande qualité, surtout quand on sait que Meryl Streep est cette fois de la partie.

Pose (saisons 1 et 2 sur Canal +)

Un de mes grands coups de cœur de 2018 est revenu depuis juin pour une saison 2 heureusement disponible sur Canal + Séries. Créée par Ryan Murphy (Glee, c’est lui), Pose nous raconte le combat de la communauté LGBT noire à New York dans les années 1980, et en particulier celui des femmes transsexuelles, à l’origine des fameux « balls » où elles pouvaient défiler dans des tenues toujours plus extravagantes (oui, c’est bien l’ancêtre de Ru Paul’s Drag Race). C’est fort, prenant, instructif, mais c’est surtout peuplé de personnages incroyablement attachants. Et de Billy Porter. Surtout Billy Porter. #BillyPorterForever

Good Trouble (saisons 1 et 2 sur Freeform)

On pensait que la petite chaîne américaine Freeform nous avait déjà offert la série millenial par excellence avec la féministe et rafraîchissante The Bold Type. Mais c’était sans compter sans sa petite sœur Good Trouble (spin-off de The Fosters, mais ce n’est pas indispensable pour regarder la série), véritable tour de table de tous les sujets chauds du moment : femmes au travail, transsexualité, bissexualité, non-binarité, discrimination raciale, dépression, body positivity, activisme noir, violences policières… PERSONNE ne sera oublié, je dis bien PERSONNE. Ce serait dommage de vous priver de ce shoot de réalité, surtout quand il est servi dans un package aussi glamour.

Trinkets (saison 1 sur Netflix)

Petite série charmante et sans prétention, Trinkets est l’adaptation intelligente d’un roman pour jeunes adultes écrit par la scénariste de La Revanche d’une blonde et de Ten Things I hate about you (pas mal, le CV). En suivant trois adolescentes que leur léger problème de cleptomanie finit par rapprocher, la série aborde des questions assez profondes sur la famille, le deuil, la sexualité et l’identité. Tout en restant parfaitement feel-good et mignon tout plein pour l’été.

Dear White People (saisons 1 et 2 déjà sur Netflix, saison 3 le 2 août)

Après une saison 1 un peu inégale mais prometteuse, la série activiste de Netflix adaptée du film éponyme avait révélé toute son potentiel narratif dans une saison 2 incroyablement innovante et émouvante. De quoi nous rendre très excités par la sortie de cette troisième partie, qui risque clairement de rendre notre été beaucoup plus socialement et politiquement aware.

Les Chroniques de San Fransisco (mini-série sur Netflix)

Cette nouvelle adaptation de la célèbre saga LGBT d’Armistead Maupin est en fait une suite de la série sortie il y a quelques années, avec de nombreux acteurs reprenant même leur rôle de l’époque, la toujours parfaite Laura Linney en tête. Se plonger de nouveau dans cette ambiance incomparable donne toujours l’impression de retrouver des membres de sa famille que l’on n’aurait pas vus depuis longtemps. Un pouvoir réchauffe-cœur dont on aurait bien tort de se priver.

Good Omens (mini-série sur Amazon)

Adaptation du célèbre roman de Terry Pratchett, Good Omens promet de la folie, du fun et de la fin du monde (les 3F). Avec Michael Sheen et David Tenant (ex-Docteur Who) à la barre, dans les rôles respectifs d’un ange et d’un démon que tout oppose à part leur volonté de sauver le monde d’une catastrophe imminente, nous sommes a priori entre de bonnes mains.

En bonus

Le come-back : Veronica Mars (saison 4 sur Hulu)

Elle est de retour pour notre plus grand plaisir, même si ce n’est pour l’instant que pour huit petits épisodes. L’héroïne de mon adolescence, Veronica Mars, a une nouvelle enquête à résoudre à Neptune et on espère qu’elle nous laissera moins sur notre faim que le téléfilm sorti il y a quelques années. En tout cas, Logan est là, donc c’est déjà ça.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s